Un début et pas de fin

Un jour d’octobre 1988, le héros, Jeff Winston, 43 ans, fait une crise cardiaque et se réveille dans sa chambre d’étudiant. Il va comprendre petit à petit ce qu’il se passe. Il est mort là-bas, à 43 ans, mais vivant, ici, à 18 ans. C’est plutôt amusant, car ses souvenirs sont intacts : il va essayer de se souvenir de toutes les courses gagnantes pour une éventuelle future vie. Bien joué ! Il va mourir une nouvelle fois et renaître. Il deviendra riche. Il va encore essayer de changer le cours de l’histoire. En vain. Et puis, et puis, ça devient moins marrant de mourir sans cesse et renaître loin de ceux que l’on a aimés dans la vie précédente. En refermant ce livre, ce qui est chouette, c’est que l’on est bien content d’être mortel !

Replay, de Ken Grimwood. Éd. Seuil, 8,10 euros.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close