Lost in prostitution – 55 raisons de résister à la tentation

C’est reparti pour un tour ! Le 27 novembre prochain, l’Assemblée nationale examinera une proposition de loi sur la prostitution présentée par la députée Maud Olivier (PS). Une des mesures phares est la pénalisation des clients. Journaux, plateaux télé, radio, dîners en ville ou debout près du zinc… tout le monde y ira de son petit couplet, pour ou contre et pourquoi. Et j’en ai déjà mal à la tête ! En mars dernier, Causette a consacré dix-sept pages au sujet, pour répéter et asséner qu’environ 90 % des prostituées ne sont rien d’autre que des esclaves… Et que l’image romantique et déculpabilisante de la prostituée consentante et heureuse ne constitue qu’un infime pourcentage de la masse. Oui, éradiquer ce fléau paraît impossible : aucune législation – réglementariste, abolitionniste ou prohibitionniste – n’y est parvenue, nulle part. Mais NON, il ne faut pas pour autant se résigner à rejoindre les 75 % * de Françaises et de Français qui considèrent que la prostitution est « inévitable » ou les 60 % * qui pensent que « les prostituées sont nécessaires pour canaliser les pulsions sexuelles masculines ». Les clichés, la passivité et l’inaction, ça va bien, maintenant ! Place à la prise de conscience, messieurs-dames ! Ne nous en remettons pas entièrement au législateur, qui, pétri de bonnes intentions, n’accouchera que de lois inefficaces, voire inapplicables. Loin de vouloir faire la morale, je vous engage à (re)prendre conscience de la formidable responsabilité de chacune et chacun d’entre nous. Comment ? Eh bien, par exemple, en vous renseignant avant de propager des lieux communs ; en faisant entrer dans le crâne de votre fils que non, on ne s’envoie pas une prostituée comme on s’enfile une bière ; en disant à votre fille que toutes les prostituées ne finissent pas comme Zahia, égérie de Karl Lagerfeld, et quand bien même ; en ne pouffant pas de rire quand votre meilleur pote vous parle de toutes les filles qu’il s’est tapées à Madagascar, sans les payer, hein, juste en faisant quelques cadeaux… Ayez en permanence à l’esprit que consommer une femme, cela a des conséquences qui pèsent une tonne de misère. Le quotidien de ces esclaves doit s’imposer dans vos esprits, s’incruster dans vos consciences pour que plus jamais vous ne puissiez dire « Je ne savais pas » ! Et, comme un utile pense-bête vaut mieux qu’un long sermon, je vous offre 55 bonnes raisons de résister à la tentation.
À mettre entre toutes les mains… sans modération.

Illustrations : Morpheen et BESSE

Publié dans Causette #40 – Novembre 2013

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close